Bannière L’invisible qui fait mal

L’invisible qui fait mal

Les femmes forment près de 50 % de la population sur le marché du travail. Cependant, elles demeurent bien souvent confinées à des secteurs et à des emplois précis qui sont perçus à tort comme sécuritaires, et les recours en cas de lésion professionnelle demeurent peu adaptés à leur réalité.

Projet

En partenariat avec trois centrales syndicales, des professeures de l’UQAM ont effectué des recherches et des interventions de terrain de 1993 à 2010 afin de rendre visibles les contraintes et les effets du travail traditionnellement effectué par des femmes. Quatre thèmes ont été étudiés : le caractère pénible et exigeant de certaines situations au travail, les obstacles à l’intégration et au maintien des femmes dans de nouveaux emplois, l’articulation travail/famille et l’accès à la justice pour les travailleuses victimes de lésions professionnelles.

Impacts

  • Le projet a contribué à l’amélioration globale des politiques publiques sur le travail des femmes ainsi que sur le harcèlement psychologique et sexuel.
  • La banalisation du travail des femmes a été réduite : les exigences réelles de certains emplois comme ceux des enseignantes, caissières ou préposées à l’entretien ont été reconnues et améliorées.
  • Des critères d’embauche pour les emplois traditionnellement masculins ont été ajustés.
  • Les enjeux importants pour les travailleuses sont maintenant mieux considérés par la Commission des normes de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail.
Santé

Équipe de recherche

Karen Messing, professeure émérite, Département des sciences biologiques, UQAM

Katherine Lippel*, professeure, Département des sciences juridiques, UQAM

* Titre de la personne au moment du projet

Collaborateurs

Stephanie Bernstein (UQAM); Céline Chatigny (UQAM); Nancy Guberman (UQAM); Ana María Seifert (CINBIOSE-UQAM); Nicole Vézina (UQAM); Service aux collectivités de l’UQAM; Centrale des syndicats du Québec; Confédération des syndicats nationaux; Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec

 

Pour en savoir plus

Le site de L’invisible qui fait mal

Karen Messing honorée – Actualités UQAM

Rapport de recherche sur la santé et sécurité des travailleuses immigrantes dans l’industrie du vêtement

Crédit image: Getty images