Bannière Parcours amoureux des jeunes

Parcours amoureux des jeunes

L’adolescence est une période de développement cruciale et propice à l’émergence des premières relations amoureuses. De nombreux adolescents sont toutefois confrontés à la violence dans le contexte de leurs relations. Ce constat représente un enjeu majeur de santé publique sur lequel des chercheurs de l’UQAM se sont penchés.

Projet

Menée entre 2011 et 2014, l’enquête Parcours amoureux des jeunes a documenté la prévalence de la violence dans les relations amoureuses ainsi que les facteurs de risque qui y sont associés. Elle a ainsi pu dresser un premier portrait québécois de la situation auprès d’un échantillon représentatif de jeunes et développer des outils de sensibilisation.

Impacts

  • L’enquête longitudinale menée auprès de plus de 8000 jeunes a démontré l’ampleur de la problématique au Québec : près de 60 % des jeunes rapportent avoir vécu au moins une forme de violence (psychologique, physique ou sexuelle) dans leurs relations amoureuses.
  • Des outils de sensibilisation pour les jeunes et les membres du personnel scolaire ont été développés.
  • Une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux a été diffusée auprès de plus de 511 000 personnes.
  • Des ateliers pour une clientèle vulnérable incluant les victimes d’agression sexuelle ont été créés.
  • L’enquête est reproduite à l’international : Brésil, France, Italie.
International

Équipe de recherche

Martine Hébert, Martin Blais et Mylène Fernet, professeurs, Département de sexologie, UQAM

Sophie Boucher, professeure, Département de sexologie, UQAM

Mireille Cyr, professeure, Département de psychologie, Université de Montréal

Jean-Yves Frappier*, professeur, Département de pédiatrie, Université de Montréal

Antony Karelis, professeur, Département des sciences de l’activité physique, UQAM

Francine Lavoie, professeure émérite, Département des sciences sociales, Université Laval

*Titre de la personne au moment du projet

Partenaires

Conseil québécois LGBT; Direction régionale de santé publique de Montréal; Institut national de santé publique du Québec; ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur; Tel-jeunes; Centre d’intervention en abus sexuels pour la famille; Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec; Entraide Jeunesse Québec; Milieu d’intervention et de thérapie en agression sexuelle; Table de concertation en violence conjugale de Montréal

Pour en savoir plus

Le site de l’enquête PAJ

Conter la violence amoureuse – Actualités UQAM

Le laboratoire de recherche de Martine Hébert

Crédit image: Getty Images