Bannière Un régime de retraite pour le communautaire

Un régime de retraite pour le communautaire

En 2002, le milieu communautaire québécois compte plus de 200 000 personnes qui ont des salaires modestes, des employeurs sous-financés, et sont sans régime de retraite. Si rien n’est fait pour assurer leur sécurité financière, c’est la pauvreté qui les attend à la retraite.

Projet

Le Service aux collectivités de l’UQAM, Relais-femmes et le Centre de formation populaire (CFP) épaulent un groupe de personnes du secteur pour concevoir un régime adapté, avec une rente garantie à vie, qui serait géré par et pour le communautaire. Après une tournée de formation, le Régime de retraite pour les groupes communautaires et les femmes (RRGCF) voit le jour.

Impacts

  • Le RRGCF constitue un élément structurant de développement durable du secteur de l’économie sociale et communautaire.
  • Il regroupe 743 groupes communautaires, 7 600 participants et 71 millions de dollars en caisse.
  • Il constitue un outil d’attraction de la relève et de rétention du personnel.
  • Malgré son jeune âge, le RRGCF améliore les revenus de retraite et verse déjà des rentes à plus de 135 retraités. Il permettra à des milliers de personnes salariées d’éviter la pauvreté à la retraite.
Économique

Instigateurs

Michel Lizée*, coordonnateur, Service aux collectivités, UQAM

Équipes de Relais-femmes et CFP

 

*Titre de la personne au moment du projet

Crédit image: Marie-Andrée Boivin